Little Tony

Comme tu t’en doutes probablement, Tony (alias Little Tony pour les intimes) c’est un petit Chinois. Mais encore, un petit gars curieux, allumé et terriblement vif d’esprit pour son âge. Et comme tous les petits gars de 5 ans, il aime bien jouer et se chamailler, évidemment. Dans le texte précédent, je disais qu’à même pas 6 ans (il vient de les avoir fin janvier) il accote sérieusement certains de mes freshmen dans la maîtrise de la langue de Rob Ford. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle à la fois: d’un côté, ça montre comment il est doué, le p’tit maudit. De l’autre, ça montre aussi le niveau pathétique de certains de mes élèves de 18-20 ans qui se font clancher par un petit gars en maternelle. Quand j’utilise un mot que Tony ne connaît pas, il me demande invariablement ce que ça veut dire. L’autre fois je lui enseignais du vocabulaire par rapport à la météo et je lui ai parlé de blizzard. “Blizzard is what?”, qu’il me demande aussitôt. Et quand il ne comprend pas mon explication, il se tourne vers sa nounou: “Kitty, blizzard shénme míngzì?” Un super bon petit gars et élève. Mais qui a aussi son petit caractère…

Cao Wen, sa mère, est celle qui gère la patente. Madame insiste pour que les leçons soient ludiques afin que son fils ait du plaisir à apprendre l’anglais; joindre l’utile à l’agréable, quoi. C’est pas mal ma philosophie aussi, surtout pour un petit gars qui a pas encore 6 ans. Maman et Anne-Lyse m’ont expliqué ce qu’il y avait à faire avec Tony: dans la petite salle de cours il y a des livres, des cahiers d’exercices, des feuilles de mathématiques photocopiées, un tableau blanc avec des feutres, quelques jeux et d’autres petits trucs. Il y a aussi Kitty qui ne quitte pas son cellulaire ou son laptop pendant une heure et demi sauf pour rappeler le petit à l’ordre ou traduire quelque chose lorsque nécessaire. Je n’ai que peu ou pas de planification à faire; on se sert de ce qu’on a sous la main et je rajoute différentes notions ici et là, au gré de mon inspiration et de la motivation du petit. L’important est de garder le tout intéressant et de varier les activités et les révisions pour garder l’intérêt de Ton Ton à son maximum.

On fait donc des maths, de la lecture, des quiz, on joue à des jeux (Tic-Tac-ToeHangman, LEGO…), on fait du bricolage, bref en autant que c’est en anglais et que c’est le fun. À propos des maths: je surnomme Tony “The Master of Math”, ça le rend bien fier. Il est bon le p’tit maudit, et puis il les aime d’amour ses mathématiques. Il faut le voir et l’entendre dire “Oh yes, I like that!” quand il voit des équations imprimées sur du papier ou écrites sur le tableau blanc. Fais-lui faire des calculs, de l’arithmétique, il capote. T’en as pour facilement 20 minutes à le regarder faire des pages de 5+12 et de 21-13. Et y a pas à dire, yé fort le p’tit mec! Par contre il a tendance à rester dans sa zone de confort alors des fois je le challenge. C’est pas mêlant, je lui ai montré comment faire des équations avec priorités d’opération (tsé, divisions et multiplications avant additions et soustractions…). Rien de super difficile, mais moi j’ai dû apprendre ça à 8 ans, et lui à 5 il catch ça comme si de rien n’était.

En général ça se passe bien, mais c’est pas comme si c’était toujours la paix et l’amour au pays des Câlinours non plus. J’ai dit qu’il a son petit caractère… en effet, il aime rester dans la facilité alors quand j’essaie de le mettre au défi il peut avoir tendance à perdre patience. Et en tant qu’enfant unique surdoué, il aime avoir raison et ne supporte pas de faire des erreurs. Il aime moins la lecture et il DÉTESTE l’écriture. Je lui mets pas trop de pression avec ça mais je considère que c’est important, surtout à son âge. Et surtout la lecture, qui est probablement l’habileté la plus importante ou du moins l’une des plus importantes à acquérir pour un p’tit cul. En novembre il s’est mis à brailler deux fois parce qu’il ne voulait pas faire de lecture, dont une fois après la première (et dernière!) séance d’écriture. Ça m’a évidemment rendu mal à l’aise, surtout pendant que Kitty l’engueulait pour qu’il arrête de pleurer…

Depuis j’ai slacké un peu sur les livres et on a changé de stratégie. Maintenant je commence par lui lire la petite histoire au complet (mes skills pour lire à l’envers sont rendus étonnamment développés), puis on s’entend sur un nombre de pages qu’il va lire lui-même. Lire c’est un grand mot; je prononce les mots à voix haute et il les répète après moi. De toute façon, l’important c’est qu’il se pratique et qu’il apprenne à aimer ça. Depuis les épisodes de novembre, je prends ça encore plus relaxe avec lui, déjà que c’était pas exactement le goulag. Il a d’ailleurs demandé à sa mère de réduire les sessions d’une heure et demi à une heure, parce qu’avec la maternelle le matin et son tutorat l’après-midi, ça fait beaucoup. D’ailleurs, est-ce trop demander à un gamin que de lui imposer un tuteur d’anglais à chaque jour, quand lui ne demande qu’à jouer et voir ses petits amis à l’école? Bref, d’être un kid de 5 ans?

Peut-être. Mais je me suis dit qu’en gardant ça ludique et plaisant, il ne me verra pas seulement comme un foreign teacher imposé par sa mère, mais peut-être aussi comme quelqu’un avec qui passer du bon temps tout en apprenant. Ce débat-là est intéressant parce qu’on connaît tous des parents qui exagèrent et qui bookent leurs petits en malades dans l’espoir d’élever des super-enfants qui deviendront des êtres humains supérieurs. Si la vérité sort bel et bien de la bouche des enfants, il faudrait les écouter avant de les sur-stimuler et les laisser être ce qu’ils sont: des enfants, bordel. Bref, il me semble que ça prend un juste équilibre, comme dans toute. C’est pourquoi des fois, et plus souvent depuis qu’Anne-Lyse est retournée à Saint-Lazare-de-Vaudreuil pour Noël, on joue parfois au Tic-Tac-Toe ou aux LEGO pendant la moitié du cours.

Quelque chose me dit que ce p’tit gars-là va aller loin… et si j’aurai pu l’aider à perfectionner son anglais en lui donnant le goût d’apprendre, je serai satisfait d’avoir pu faire une petite différence dans la vie de Little Tony.

Advertisements

Travailler Pour La Bourgeoisie Yantaiaise

Pour la première chronique de la nouvelle série (j’aime ça les séries, bon), on fait connaissance avec le monde de Little Tony. Dans la deuxième, je te parle un peu plus du petit gars en question qui accote solidement certains de mes freshmen du haut de ses 6 ans tout frais.

Il faut le dire en partant: Tony est un garçon bien né. Enfant unique (évidemment), parents en moyens qui travaillent beaucoup et qui font pas mal de petits billets avec la face de Máo dessur. Mais l’argent c’est pas tout, parce que comme la sagesse ancestrale chinoise nous le rappelle, “Chaque grain de riz pour nourrir l’héritier en vaut bien mille laissés à l’infâme dragon”*. Version 2014, ça veut dire quelque chose comme: l’argent n’a de valeur que lorsque dépensé sagement. Et justement, au lieu d’enterrer Junior sous les bébelles et futilités de toutes sortes, papa et maman chinois offrent à leur rejeton des cours d’anglais à domicile. Et aussi une nounou à temps plein. Et une cuisinière, bien sûr. Ah et j’oubliais presque les voyages…

La première fois où je me suis rendu à mon nouvel emploi, Ton Ton (de son vrai nom) revenait d’ailleurs d’un séjour dans le “plusse meilleur pays du monde”. “So where did you go in Canada, Tony?”, lui a demandé Anne-Lyse avec un léger accent qui trahit ses origines francophones. Toronto, Banff et Vancouver avec māmā et un couple d’amis installés là-bas qui ont un petit bridé de son âge. Et je vous parle pas de la Thaïlande l’année dernière, de la fin de semaine à Shànghǎi et Nánjīng en janvier et bien d’autres escapades dont je ne suis même pas au courant. Non vraiment, y’a rien de trop beau pour la classe ouvrière.

En ce vendredi avant-midi de fin octobre, je me suis assis sur une petite chaise à la petite table verte de la petite “salle de cours” avec le gamin et sa tutrice. J’ai assisté à la session en participant ici et là pour que Tony apprenne un peu à me connaître et, espérons-le, à m’apprécier. Après une heure et demie, Anne-Lyse lui a demandé: “So Tony, do you like your new teacher?” Réponse positive du petit homme; j’étais engagé!

Vers 11h30, Kitty et la cuisinière insistent pour qu’on reste à dîner. Kitty, c’est la nounou de 26 ans qui suit le petit pas à pas, le garde quand les parents travaillent, lui enseigne des trucs, lui fait faire sa sieste, l’aide à se moucher… tsé, ce qu’une nounou fait d’habitude. Bon messieurs, je vous arrête tout de suite: elle est fraîchement mariée (et franchement, pas mon genre). Passons à un autre appel; la cuisinière, tiens. Pas qu’elle soit plus mon genre, un peu trop vieille à mon goût. J’avais rien à redire de ses jiǎozi (dumplings) par contre, elle les réussissait très bien. Elle a rapidement cédé sa place à une autre, plus frisée, grassouillette et bavarde celle-là. On mange moins de jiǎozi et de riz maintenant, et plus de bāozi (petits pains fourrés et cuits à la vapeur), de patates douces et de soupes/potages/bouillons. Je ne m’en plains pas, je mange bien ici. Et à ma faim! “Nǐ bǎo lè? Are you full?”, qu’on me demande chaque fois que la fin de mon bol approche.

Si je te parle de ça (c’est parce que ça me tente, bon), c’est parce que depuis le premier jour, je reste à dîner après chaque séance. Ça fait deux fois par semaine à l’origine, puis trois depuis la mi-décembre alors qu’Anne-Lyse est partie à la maison pour Noël. Tu me connais, trop poli pour dire non… Anne-Lyse refuse systématiquement, elle, tout comme Benedicte, la jolie ex-tutrice norvégienne. Mais oh, je ne suis pas qu’un sale profiteur! De temps en temps, je reste après le repas pour jouer avec le petit gars. Ça lui fait plaisir et c’est une façon de remercier mes hôtes pour leur hospitalité. Et puis un peu de cache-cache, de LEGO et de chamaillage entre gars ça te renforce des liens tuteur-élève pas qu’à peu près.

Vers la fin du “dîner inaugural”, on va dire, entre l’homme de la maison. Son père, je veux dire; le vrai homme de la maison, celui autour de qui le monde tourne dans cette baraque, c’est Ton Ton. Tout sourire, le père prend connaissance de l’approbation du fils à mon égard et dans son enthousiasme débouche deux bouteilles d’un blanc autrichien pas piqué des vers. Les demoiselles en présence dédaignant l’offre du paternel, c’est avec joie (mais surtout et toujours par politesse) que je l’accompagne dans la dégustation du savoureux élixir dans son entièreté. Repus et légèrement intoxiqué, je quittai plus tard tout ce beau monde pour aller donner mon cours de quatorze heures avec un enthousiasme inhabituel. Mon “entrevue” s’était bien passée!

*Citation tirée de “Opium, Sagesse et Trahisons – Tome VIII”, auteur inconnu. Bibliothèque impériale de Xī’ān, 1829, 3216 pages.